Matéo MF

          Sans chichi, l'électricité lyrique de Matéo MF révèle bien son aspiration et sa force musicale. Sa musique et ses textes abrupts le rapprochent de Noir Désir, Thiéfaine, Renaud. Côté scène, on trouvera du Brel ou du Mano Solo. De la plénitude dans son style, sans poésie déplacée ou lourdingue. Des sons cisaillés de guitares survitaminées, une voix qui parfois jette dans la douleur, une rythmique à la fois endiablée, douce et calme, tranchent avec l'expression de sa révolte juvénile et d'un désespoir malicieux. L'étrange en revers de manche, la pointe d'humour comme un écharde. Sa machine est lancée, en solo ou en quartet, et nous ne souhaitons pas l'arrêter avec son premier album, Mis bout à bout, foisonnant, direct et instinctif.